CLAUDEL, Les Ames Grises

Microsoft Word - AgrippaAubigné LesTragiques.docx

CLAUDEL, Les Ames Grises

Elle était assise sans façon à même l’herbe drue piquetée de marguerites, et le tissu clair de sa robe éparpillée autour de sa taille m’a fait songer à certains déjeuners de peintres. La pâture et les fleurs qui l’ornaient semblaient avoir été disposées pour elle seule. La brise soulevait de temps à autre les frisures mousseuses qui donnaient à sa nuque une ombre douce. Elle regardait droit devant elle, ce que nous autres ne voulions jamais voir. Elle regardait avec un beau sourire, un sourire à côté duquel ceux qu’elle nous lançait chaque jour, et pourtant Dieu sait s’ils étaient déjà beaux, paraissaient pâlots et distants. Elle regardait la large plaine, brune et infinie, tremblotante sous les fumées lointaines des explosions dont la fureur venait à nous comme amortie et décantée, irréelle pour tout dire.

Au loin, la ligne de front se confondait avec celle du ciel, si bien que par moments, on aurait cru que de multiples soleils se levaient en même temps, puis retombaient dans un bruit de pétard avorté. La guerre déroulait son petit carnaval viril sur des kilomètres et de là ou nous étions, on aurait pu croire à un simulacre organisé dans un décor pour nains de cirque. Tout était si petit. La mort ne résistait pas à cette petitesse, elle s’en allait et avec elle son barda de souffrance, de corps déchiquetés, de cris perdus, de faim et de peur au ventre, de tragédie.

(...)

Plan du document

  1. Portrait d'une jeune femme fascinante
    1. la muse d'un peintre
    2. un caractère fort
    3. un mystère
  2. Un narrateur s...
    1. ....
    2. ....
    3. ....

Plan en trois parties disponible sur demande: celineguyformation@gmail.com

Complétez avec votre email pour recevoir votre fichier

* champs obligatoires

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire