AGRIPPA D’AUBIGNE. Les Tragiques. Je n’écris plus…

Microsoft Word - AgrippaAubigné LesTragiques.docx

AGRIPPA D'AUBIGNE. Les Tragiques. JE N'ECRIS PLUS LES FEUX...

D’AUBIGNE, Les Tragiques, 1616

Je n'écris plus les feux d'un amour inconnu

Mais par l'affliction plus sage devenu,

J'entreprends bien plus haut car j'apprends à ma plume

Un autre feu auquel la France se consumme.

Ces ruisselets d'argent que les grecs nous peignaient,

Où leurs poètes vains buvaient et se baignaient,

Ne courent plus ici; mais les ondes si claires

Qui eurent les saphirs et les perles contraires,

Sont rouges de nos morts; le doux bruit de leur flots,

Leur murmure plaisant, heurtre contre contre les os.

Telle est en écrivant ma non-commune image;

Autre fureur qu'amour reluit en mon visage.

Sous un inique Mars, parmi les durs labeurs

Qui gâtent le papier et l'encre de sueurs,

Au lieu de Thessalie aux mignardes vallées,

Nous avortons ces chants, au milieu des armées

En délassant nos bras de crasse tout rouillés,

Qui n'osent s'éloigner des brassard dépouillés.

Le luth que j'accordais avec mes chansonnettes

Est ores étouffé de l'éclat des trompettes.

Ici le sang n'est feint, le meurtre n'y défaut,

La mort joue elle-même en ce triste échaffaud.

Plan du document

  1. Un paradis perdu, un présent effroyable
    1. Autrefois: le règne de l'amour et de la paix
    2. Aujourd'hui: règne de la guerre et de la mort
  2. Une d...
    1. ....
    2. ....
  3. Une....
    1. ....
    2. ....

Complétez avec votre email pour recevoir votre fichier

* champs obligatoires

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire