DU BELLAY, L’Olive, De grand’ Beauté ma Déesse…

Microsoft Word - AgrippaAubigné LesTragiques.docx

DU BELLAY, "De grand’ Beauté ma Déesse"

De grand’ Beauté ma Déesse est si pleine,
Que je ne vois chose au Monde plus belle.
Soit que le front je voie, ou les yeux d’elle,
Dont la clarté sainte me guide, et mène.

Soit cette Bouche, où soupire une haleine,
Qui les odeurs des Arabes excelle.
Soit ce chef d’or, qui rendrait l’étincelle
Du beau Soleil honteuse, obscure, et vaine.

Soient ces coteaux d’Albâtre, et Main polie,
Qui mon cœur serre, enferme, étreint, et lie,
Bref, ce que d’elle on peut ou voir, ou croire,

Tout est divin, céleste, incomparable :
Mais j’ose bien me donner cette gloire,
Que ma Constance est trop plus admirable.

Plan du document

  1. Une célébration de la femme aimée
    1. Construction d'un portrait en pied
    2. Un poète amoureux
  2. Une divinisation
    1. ....
    2. ....
  3. Un s...
    1. ....
    2. ....

Complétez avec votre email pour recevoir votre fichier

* champs obligatoires

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire